François Coty: le père de la parfumerie moderne. (1ere partie)

Quel est le lien entre la pharmacie et la parfumerie, entre l'eau de Cologne et L'Origan, entre le parfum considéré comme un produit de luxe et le parfum considéré comme un produit de grande consommation ? La réponse est Joseph Marie François Spoturno, dit François Coty. Sans lui, le monde du parfum ne serait pas ce qu'il est aujourd'hui. Tous les parfumeurs se revendiquent de lui : François Coty est considéré comme le père de la parfumerie moderne. 

Originaire d'une ancienne famille corse, arrière-petit-fils de la cousine germaine de Napoléon, Isabelle Bonaparte, son arbre généalogique flatteur augurait son destin historique. Ce n'est pourtant pas grâce à sa famille qu'il a réussi, mais bien grâce à sa débrouillardise, son opiniâtreté et son talent. Né en 1874 à Ajaccio, François Coty perd ses parents très jeune. Eduqué par son arrière-grand-mère, puis sa grand-mère, il met d'abord les voiles sur Marseille où il travaille sur le port, avant d'entamer des études de médecine. Un goût pour les sciences qui sera déterminant pour la suite. 


Sa rencontre avec un autre Corse eut elle aussi des répercussions sur sa carrière. Politicien et écrivain, Emmanuel Arène est devenu son mentor. Il l'incite à venir à Paris, où il le fait travailler pour lui. À la capitale, François Coty trouve femme et amis, dont un pharmacien voisin, Raymond Goéry. C'est dans son officine qu'il s'initie à la parfumerie, l'apothicaire créant et vendant lui-même quelques parfums. Fasciné par son matériel de chimiste, il s'essaye à ses côtés à la recette de l'eau de Cologne. Un premier essai au résultat probant. Les liens entre Coty et la parfumerie étaient tissés. Sur les conseils éclairés de cet ami pharmacien, François Coty prend la route en direction de Grasse, la ville des parfums. Intrépide, il contacte immédiatement Antoine Chiris, à la tête d'une des plus grandes sociétés de parfumerie du monde, qu'il a déjà rencontré par l'entremise d'Arène. L'industriel est fasciné par le personnage : grand, maigre, roux, avec un œil fixe, François Coty cultivait de plus son allure étrange en portant costumes et chaussures rouges, signes de sa personnalité et de sa créativité flamboyantes. Chiris le prend immédiatement en amitié et le recommande à son directeur général, pour qu'il puisse disposer de tout le matériel et les matières premières dont il avait besoin. François Coty passe une année entière à Grasse pour s'initier complètement à l'art de la parfumerie. Il se lève tous les matins à 5 heures pour cueillir du jasmin avant le lever du jour. Il apprend l'enfleurage et la distillation. Il découvre également les Absolus: extraits, à partir de solvants, qui permettent d'obtenir un concentré de la senteur naturelle des fleurs ou des racines. Guerlain n’en voulait pas, il les trouvait trop violents. Mais Coty, lui, est emballé. Il a le flair. Il repart avec ces Absolus à Paris et, grâce à leur vente, s’achète une boutique, à la fois atelier, laboratoire et salon de parfumerie. Le début d'une seconde vie.

 

Commentaires