François Coty: le père de la parfumerie moderne (2eme partie)

De retour à Paris, installé dans sa boutique, François Coty démarre concrètement son travail et crée son premier parfum, la Rose Jacqueminot (1904). Sa diffusion est difficile à mettre en place mais sa malice en vient à bout. Il se rend dans les grands magasins du Louvre, leur proposant de le vendre. Ils refusent. Fâché, François Coty s’emporte, jette violemment l’un de ses flacons par terre et ses effluves se répandent. Immédiatement, les femmes deviennent folles de son odeur. Elles réclament toutes la Rose Jacqueminot, qui devient un succès foudroyant.

Sa carrière lancée, François Coty continue sa production de parfums. Et, en 1905, il compose son incontournable : L’Origan. Séduit, le monde entier se parfume avec ce parfum puissant. Viennent ensuite Le Muguet (1910) – premier parfum muguet –, l’Ambre Antique (1908) – dont la composition rappelle l’Ambréine de Samuelson –, Iris (1913) – premier parfum soliflore –, L’Aimant (1927) – réinterprétation plus fleurie du Chanel n°5 – et aussi le Chypre, en 1917. Ce dernier, avec son départ d’agrumes sur un fond de mousse de chêne et de patchouli, se répand partout et les déclinaisons affluent bientôt : Mitsouko par Guerlain, Bandit par Robert Piguet et Pour Monsieur par Chanel. Son Emeraude (1921) aux fragrances orientales inspirera également le Shalimar de Guerlain. L’imitateur devient imité.

À chaque fois que Coty sort un parfum, la France entière le sent. L’argent commence à couler à flot, il devient l’une des premières fortunes de France. Mais si les parfums de François Coty se vendent si bien, c’est aussi parce que c’est un homme d’idées et d’innovations. Il comprend en effet que le parfum, jusqu’alors réservé à une élite, doit devenir un produit de grande consommation. Bientôt, tout le monde se parfume grâce à lui. Il n’hésite pas à associer les essences naturelles et les produits de synthèse, à baisser les prix. Il comprend l’importance des techniques de vente, du conditionnement, de l’emballage. C’est d'ailleurs lui qui a aussi inventé le flacon de parfum, auparavant vendu sous forme d’enfleurage ou de crème. Il s’associe notamment au célèbre verrier René Lalique ou à Baccarat à cette fin. Plus de cent ans après ses débuts, tous les parfumeurs marchent dans ses pas. François Coty est devenu un modèle. Il a tout inventé pour la parfumerie contemporaine, a tout créé dans cette industrie. Il a su utiliser les Absolus, issues de la "Roue Bondon-Dumont", inventée chez Chiris, qui ne connurent pas un grand succès à l’époque et que tout le monde utilise aujourd’hui, rendre le parfum indispensable à tous, s’inscrire dans la généalogie des parfums. Comme quoi, les meilleurs imitateurs peuvent être des génies.

Commentaires